SI
SI
discoversearch

We've detected that you're using an ad content blocking browser plug-in or feature. Ads provide a critical source of revenue to the continued operation of Silicon Investor.  We ask that you disable ad blocking while on Silicon Investor in the best interests of our community.  If you are not using an ad blocker but are still receiving this message, make sure your browser's tracking protection is set to the 'standard' level.
Politics : World Affairs Discussion

 Public ReplyPrvt ReplyMark as Last ReadFilePrevious 10Next 10PreviousNext  
To: BubbaFred who wrote (3917)10/12/2004 3:44:54 AM
From: GUSTAVE JAEGER   of 3959
 
The first time I learnt about Einstein's "dirty little secret" was in 1999 when I read the following book by Jean-François Gautier:

amazon.fr

Below is a summary of Gautier's opinion on the Poincaré vs Einstein controversy:

Poincaré contre Einstein ou la "pensée de Dieu"

[J.-F. Gautier] tend à démontrer que depuis l'Antiquité jusqu'à Poincaré (première théorie de la relativité), on sortait de la métaphysique pour entrer dans la physique, alors qu'avec Einstein, premier des "universistes" modernes et ses glorieux successeurs — l'abbé Lemaître, Eddington et, surtout, Hawking —, on sort de la stricte physique pour retourner dans la métaphysique.

L'argument est le suivant: Poincaré et ses prédécesseurs relataient leurs observations au moyen des mathématiques, en faisant parfois appel à l'explication métaphysique quand ils n'en voyaient pas d'autre: "Copernic remettait le soin de l'ordre du monde entre les mains de Dieu. Kepler, lui aussi, attribuait à "un certain dessein de Dieu" la conservation de la forme elliptique des orbites planétaires dont la raison profonde échappait à l'entendement. Galilée lui-même conservait à Dieu son rôle de créateur et de berger du système cosmique" (p. 31).

Laplace, qui venait d'offrir à Napoléon son Exposition du système du monde, se vit adresser cette question: "Je n'ai vu nulle part mention dans votre ouvrage du Créateur de toutes ces choses", et répondit: "C'est simplement, Sire, que je n'ai jamais eu besoin de cette hypothèse" (p. 38). Ainsi, Dieu est une hypothèse qu'il est parfois fortement conseillé d'envisager si l'on en croit les déboires de Galilée, mais ni l'univers ni son créateur ne sont jamais postulés a priori. Cette physique-là ne cherche pas à démontrer l'existence de ceux-ci, mais à décrire des observations: elle se situe dans l'astronomie scientifique.

"Je veux comprendre comment Dieu créa le monde. Je ne suis pas intéressé par tel ou tel phénomène. Je veux pénétrer le fond de Sa pensée. Le reste n'est que détail" confiait Einstein (cité p. 200). Avec lui, nous dit J.-F. Gautier, la physique "n'est plus un outil pour comprendre, elle devient une rhétorique pour faire être" (p. 74). Or, fait remarquer l'auteur, "l'Univers, par définition, est Tout; il n'a donc pas d'extériorité" (p. 95); "l'objet Univers est à lui-même son propre référentiel" (p. 96): il ne peut donc être ni observé, ni mesuré. "Les choix cosmologiques d'Einstein sur ce point capital, poursuit-il, s'éclairent moins par les contraintes ou les observations de la physique que par la métaphysique de Spinoza" (p. 74). Il s'agit là d'une entreprise qui sort d'une démarche scientifique pour entrer dans une mystique scientiste.

J.-F. Gautier expose que ce qu'Einstein appelait lui-même la "religiosité cosmique" intervient dans la pensée du physicien avant le commencement de son travail de démonstration: "Ce n'est pas un mythe de la physique, mais un mythe importé dans la physique" (p. 199). Hawking, lui, va encore plus loin lorsqu'il prétend qu'une fois sa théorie "unitaire" achevée — théorie qui tend à réconcilier celles de la relativité (mécanique relativiste de l'infiniment grand) et des quantas (mécanique quantique de l'infiniment petit), dont personne n'a su donner jusqu'ici un modèle unifié — "nous connaîtrons la pensée de Dieu" (cité p. 200).

Le lecteur sera sans doute tenté de penser que ces attitudes démiurgiques ne sont pas très modestes; mais pourquoi s'offusquer ? Cela va-t-il révolutionner le cours des planètes ? Oui, répond J.-F. Gautier.
[...]

revue-lebanquet.com
Report TOU ViolationShare This Post
 Public ReplyPrvt ReplyMark as Last ReadFilePrevious 10Next 10PreviousNext